Vous êtes-vous déjà demandé pourquoi vous restez bloqué, en vous disant « Je ne sais pas quoi dire ! » Alors que vous voyez de nombreuses personnes qui semblent toujours savoir quoi dire et avoir les bons mots ?

C’est tellement ennuyeux, que vous vous dites peut-être que « Je ne sais pas quoi dire » est un syndrome. En fait, ce n’est pas du tout le cas, c’est quelque chose de tout à fait normal si vos compétences en matière de conversation ne sont pas très bonnes.

Cet article va vous donner 6 nouvelles possibilités pour savoir quoi dire. Et nous le ferons dans des situations clés où vous êtes le plus susceptible d’être à court de choses à dire.

1. Quand vous ne savez pas quoi dire à quelqu’un que vous venez de rencontrer

Lorsque vous rencontrez quelqu’un pour la première fois, vous ne savez pas grand-chose sur lui. Vous n’avez pas assez d’informations sur qui il est, ce qu’il fait et ce qu’il aime. De la même manière, ils ne savent pas grand-chose de vous.

C’est ce qui fait que vous vous demandez tous les deux de quoi vous pourriez parler.

Chaque fois que vous pensez à quelque chose, vous vous demandez si cela va les intéresser ou non. Vous ne savez pas quoi dire pour faire une bonne conversation.

La solution à ce problème est de faire la causette. Vous commencez par parler du contexte dans lequel vous vous trouvez et de l’occasion ou de l’événement qui vous a fait vous rencontrer. Ensuite, vous parlez des autres choses que chacun de vous fait dans sa vie. Vous commencez par le travail, puis le sport, et toute autre activité de loisirs.

La clé ici est de réduire vos attentes. Ne vous attendez pas à ce que la première conversation que vous aurez soit spectaculairement intéressante. Ce n’est qu’une simple conversation.

Vous abordez une série de sujets, un par un, en sautant d’un sujet à l’autre. Au fur et à mesure, vous découvrirez que vous avez des points communs et que vous aimez tous deux parler de certains sujets.

Une fois que vous aurez trouvé ces choses spéciales que vous aimez tous les deux, vous pourrez converser librement et aussi longtemps que vous le souhaitez.

2. Quand vous ne savez pas quoi dire pour faire durer la conversation

Lorsque vous discutez avec des amis, anciens ou nouveaux, vous craignez parfois que le sujet ne s’épuise rapidement. Vous êtes anxieux à l’idée de ne pas pouvoir poursuivre la conversation au-delà de quelques minutes.

Cela se produit généralement lorsque vous avez un échange logique d’informations. Et vous commencez à sentir que ce n’est pas une conversation amusante ou passionnante, surtout dans un cadre social où les gens viennent pour s’amuser.

Une solution rapide est de mobiliser vos émotions, plutôt que votre logique. Essayez de ressentir l’énergie de la pièce et le type d’émotion que vous aimeriez ressentir lors de vos rencontres.

Vous vous mettez d’abord à l’aise. Souriez, ressentez le rythme de la musique, et ensuite vous pouvez parler.

Cela débloque votre cerveau émotionnel. La partie de votre cerveau qui peut se connecter avec les autres. Lorsque vous êtes dans cet état émotionnel, vous pouvez parler de tout. Même les choses les plus stupides sont acceptables, car la priorité n’est pas d’échanger des informations, mais plutôt de se connecter et de construire des amitiés.

3. Que dire quand votre esprit se bloque

Votre esprit se bloque

Si vous vous trouvez dans des situations où vous avez l’impression que votre esprit ne peut pas fonctionner suffisamment pour faire la conversation, comprenez bien la chose suivante : c’est un état d’esprit et un état émotionnel.

Vous vous mettez dans cet état par la façon dont vous pensez, et la façon dont vous vous sentez. Vous devriez vous efforcer de ne pas vous mettre dans cet état en premier lieu.

Pour éviter d’en arriver là, il faut arrêter de deviner, critiquer ou de se demander constamment ce que les autres pensent de vous. Lorsque vous socialisez, le fait de douter constamment de soi est un gaspillage d’énergie. Cela vous déprime et vous fait perdre votre capacité à vous mêler aux autres.

Ce que vous pouvez faire, c’est à chaque fois que ces doutes et cette anxiété surgissent, faites quelque chose pour les interrompre. Bougez physiquement, faites quelque chose ou allez quelque part et revenez.

Ne vous disputez pas avec la partie de vous qui doute, vous perdriez. Au lieu de cela, interrompez-la et arrêtez de l’écouter, distrayez-vous.

Dans votre esprit, dites-vous que vous vous en soucierez plus tard en rentrant chez vous. Ne vous analysez jamais pendant que vous êtes en train de socialiser, laissez cela pour votre retour à la maison. Cela revient à remettre à plus tard votre anxiété.

La bonne nouvelle, c’est que vous n’avez pas besoin d’arrêter de douter de vous d’un seul coup. Si vous pouvez le réduire à chaque fois que vous avez une conversation ou une activité sociale, c’est déjà bien. Concentrez-vous simplement sur la réduction du doute de soi, petit à petit.

Ainsi, vos compétences en matière de conversation se développeront au fil du temps et vous n’aurez plus l’esprit bloqué, à ne pas savoir quoi dire.

4. Que dire quand vous n’avez rien à dire

Rien à dire

Si vous pensez que vous êtes quelqu’un qui n’a pas beaucoup de choses à raconter, vous pouvez certainement améliorer cette situation.

Une façon de commencer est de remarquer comment chaque sujet est lié à de nombreux autres sujets. Prenez l’un de vos sujets préférés. Remarquez comment vous pouvez le diviser en un ensemble de sous-thèmes. C’est comme des sous-catégories. Remarquez comment vous pouvez prendre chaque sujet et le diviser à nouveau en mini-catégories.

Vous savez probablement exactement quoi dire et de quoi parler si vous abordez tous ces sous-thèmes.

Ils sont tous différents, et pourtant, ils sont liés en même temps. Il en va de même pour tout le reste. Chaque sujet comporte de nombreuses parties et facettes qui sont liées à d’autres sujets.

Une autre façon de voir les choses est de remarquer que chaque film que vous avez vu vous rappelle un autre film similaire d’une certaine façon.

Lorsque vous pouvez toujours passer d’un sujet à l’autre, et trouver la relation, alors vous avez maîtrisé cette compétence.

Si vous n’avez jamais utilisé ce principe dans une conversation, essayez de vous entraîner chez vous. Pensez à un sujet, puis à son lien avec un autre sujet, puis à son lien avec le sujet suivant. Continuez à vous entraîner jusqu’à ce que vous sentiez que vous pouvez commencer par n’importe quel sujet et trouver d’autres éléments connexes à aborder.

Après un peu d’entraînement à la maison, essayez d’utiliser cette compétence dans une conversation. Essayez de passer d’un sujet à l’autre lorsque vous rencontrez des gens. Ce qui est génial, c’est que vous n’avez à l’apprendre qu’une seule fois.

Vous vous améliorez automatiquement au fur et à mesure que vous l’utilisez et vous commencez à avoir l’impression que vous aurez toujours des choses à dire.

5. Que dire pour rendre la conversation plus intéressante

Il y a des choses que vous pouvez dire pour transformer une conversation un peu ennuyeuse en une conversation intéressante. Il y a des sujets que vous pouvez aborder et des tournures de conversation que vous pouvez utiliser.

Pour rendre la conversation immédiatement plus intéressante, vous pouvez aborder des sujets plus personnels. Si vous êtes avec un ami dont vous n’êtes pas très proche, il est peut-être temps d’aborder des sujets plus intimes avec lui.

Une autre façon de rendre les choses intéressantes est de partager une vulnérabilité, une faille ou tout ce qui vous concerne et qui est un peu gênant à dire. C’est quelque chose que vous faites à moitié en plaisantant et qui montre que vous avez confiance en vous. Cela vous rend également plus attachant, car tout le monde a ses petites bizarreries.

Une autre astuce rapide pour donner à la conversation un tour intéressant consiste à utiliser la perspective temporelle. Il s’agit de prendre le sujet dont vous parlez et de le projeter soit dans le passé, soit dans le futur. Pensez à « Comment les gens faisaient (…) à l’époque ? » ou « Dans quelques dizaines d’années, comment ferons-nous (…) ».

Pour n’importe quel sujet ou activité, la façon dont les gens faisaient quelque chose est très différente d’aujourd’hui, et sera probablement très différente à l’avenir. Lorsque vous réfléchissez à ce que vous allez dire ensuite, pensez au futur et au passé du sujet dont vous parliez. C’est peut-être ce dont vous avez besoin pour relancer la conversation.

Que dire pour dépasser le stade de la causette

6. Que dire pour dépasser le stade de la causette

Lorsque vous travaillez sur vos compétences en matière de conversation et que vous commencez à avoir de bonnes conversations, vous avez un nouveau besoin. Il s’agit du besoin de savoir exactement quoi dire pour dépasser le stade de la simple causette.

À un moment donné, vous devez passer à des conversations plus profondes et plus significatives. Pour ce faire, vous discutez d’un sujet plus en détail. Vous y consacrez plus de temps au lieu de passer rapidement à un autre sujet.

Vous posez plus de questions, vous partagez davantage ce que vous savez sur le sujet et vous vous rappelez toutes les histoires que vous avez entendues ou vécues dans ce domaine.

Ce qui est génial avec la causette, c’est que c’est justement ce qui vous révèle ce dont vous pouvez discuter en détail avec l’autre personne. Une fois que vous avez trouvé ces sujets spéciaux, vous pouvez en discuter pendant plusieurs minutes et avec passion.

Lorsque cela se produit, vous savez exactement quoi dire. Une fois que l’autre personne commence à partager davantage et à approfondir le sujet, la conversation est beaucoup plus agréable et significative.

Pour votre amitié, cela devient un sujet sur lequel vous pouvez vous entendre. Vous commencez tous deux à réaliser que vous pouvez être des amis plus proches et passer plus de temps à apprécier la compagnie l’un de l’autre.

Avec un peu de pratique, vous saurez toujours quoi dire. La clé est de ne jamais se laisser enfermer dans un état émotionnel de doute de soi. Essayez de vous en débarrasser et faites tout ce que vous pouvez pour vous sentir bien. Vos sentiments influencent grandement la façon dont vous socialisez. C’est pourquoi vous devez vous concentrer sur eux lorsque vous ne savez pas quoi dire.

Retour haut de page